"Quand le dernier arbre sera coupé, la dernière rivière empoisonnée, et le dernier poisson capturé, alors vous comprendrez que l'argent ne se mange pas." proverbe indien d'Amérique

"Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles". Sénèque

Air

"Je ne sais pas si ce sont les lectures de Saint Exupéry ou de Mermoz qui m’ont donné l’envie de connaître les lieux qu’ils avaient aménagés à leur image et les sensations qu’ils avaient décrites dans leurs ouvrages… Mais le besoin de rejoindre le Brésil en vol sur un ULM m’a conduit dans l’une des plus dangereuses aventures qu’il m’a été donnée de réaliser"

lire la suite...

Voile

"Après 15 années à parcourir les océans sur mes voiliers de charter et sur mes grands multicoques de course, après un sillage de 350 000 milles et plusieurs dizaines de traversées de l’Atlantique, j’aime toujours autant courir à la poursuite des horizons courbes qui s’enfuient sans cesse derrière les vagues. Atlantique, Méditerranée, Caraïbes, Pacifique, Indien sont autant d’espaces maritimes que j’ai hantés et qui m’attirent toujours avec la même force !"

lire la suite...

English (United Kingdom)French (Fr)
2007 – 2011 Construction d’un hydro-ULM hybride

Faire voler un petit bateau : une annexe de voilier ou un vrai aéronef multi voilures !

Un hybride débridé pour tous les pilotes, tous les marins, tous ceux qui souhaitent investir totalement les plus beaux espaces aéromaritimes de la planète ...

En 2006, pour compléter les aventures de Dagda, Guy Delage lance la réalisation d’un nouvel appareil hydro-ulm destiné à l’utilisation marine.

La conception de l’hydro-ulm accompagne le projet du voilier Dagda pour permettre des prises de vues aériennes, ou pour le plaisir de prendre de la hauteur, voire simplement pour servir d’annexe !

 

hydro-ulm-3D-01 hydro-ulm-3D-02 

 

Avancement du chantier de l’hydro-ULM en Aout 2007

L’avancement du chantier de l’hydro-ULM se fait en parallèle de celui de Dagda.

L’annexe multi-redans est presque achevée.

Certaines pièces carbone sont réalisées : sièges, jambes de train, marinisation du groupe propulseur et de l’hélice.

Les outillages pour réaliser les premiers prototypes de l’ULM version kyte parapente sont en cours de finition.

 

structure_volane_small

 

 

 

 

Pourquoi un HYDRO-ULM ?


CONSTAT :

Aucun hydro ULM amphibie n’est réellement adapté à sa fonction maritime : aucun appareil n’est véritablement marinisé (utilisation de matériaux sans risque de corrosion dans les structures et les ailes)
La plupart des 3 axes sortent de la règlementation ULM européenne du fait d’un important excès de poids pour pouvoir tenir les chocs à la mer...
Les hydro- pendulaires, les tubes et toiles et tous les appareils utilisant de l’aluminium doivent très souvent renouveler leurs pièces sensibles à l’oxydation galvanique faute de structures véritablement protégées...
Les hydro pendulaires sont dotés de flotteurs peu performants obligeant à des ailes lentes

Toutes les machines sont difficiles à mettre en oeuvre sans moyens importants du fait de leur faible démontabilité (donc de leur montage difficile) et de leur poids important : transport, mise à l’eau, levage, stockage représentent toujours un ensemble de difficultés tuant l’envie de voler.
Tous ces « défauts » rendent quasi impossible la rencontre entre les bateaux de plaisance (voiliers ou bateaux à moteur) et l’aviation ultra légère baroudeuse...
De nombreux marins souhaiteraient emmener à bord de leur bateau un aéronef facile à mettre en oeuvre dans toutes les mers du monde.


BESOIN D’HYDROAERONEF :

L’hydro aéronef léger idéal devrait pouvoir
être stocké en environnement salin sans en être affecté,
voler dans des conditions météorologiques très variables (0- 35 Noeuds de vent),
utiliser les hydro surfaces agitées ainsi que celles de haute altitude,
être facilement transporté dans un espace restreint (voiliers),
être monté rapidement sans effort particulier par deux personnes en bonne santé et dans toutes les conditions de vent dans lesquelles il est susceptible de voler, cela bien sûr dans un temps minimum, y compris sur son propre flotteur à la mer...

Bien sûr, il faudra aussi que dans un futur proche il sache voler aux bio ou agro carburants...

En l’état actuel de la technologie et des connaissances, cela est possible dans une fourchette de prix ne dépassant pas les meilleurs amphibies trois axes actuels...


L’IDEE NOUVELLE : TROIS VOILURES EN UN SEUL AERONEF

Une immense polyvalence, une résistance aux agressions marines sans équivalent, la possibilité de le stocker et donc de le plier sur un voilier, et de le faire voler tant avec une voilure tube et toile qu’avec une voilure entièrement souple.

Une plateforme unique équipée d’un moteur propulsif pouvant voler suivant l’utilisation que l’on souhaite en faire, les conditions rencontrées, les compétences du pilote grâce à trois systèmes de voilure interchangeables modifiant chacun les performances et le cahier des charges de la machine :

1- La version Aile delta :

    • domaine de vol 60-100 km/h.
    • distance de décollage sur l’eau 150 à 250 m (*) en biplace
    • défense moyenne en turbulence
    • bonne manoeuvrabilité
    • possibilité de stockage au mouillage
    • montage à terre 1h, difficile à monter en mer
bon rendement énergétique = consommation faible

 

dessin_volane_tres_small

 

 

 

 


 

 

2- La version Rotor d’autogyre :

    • domaine de vol 60-100 km/h
    • grande manoeuvrabilité
    • décollage difficile (rotation en lacet de la machine) et plus long 350-600 m
    • atterrissage de précision.
    • montage aisé même en mer (35 minutes)
    • consommateur d’énergie et de carburant
    • capable de voler en conditions dures (turbulences importantes)
    • stockage au mouillage facile

3- La version parapente KYTESURF : la principale innovation du projet

    • domaine de vol plus étroit et plus orienté basses vitesses (30-60 km/h)
    • grande manoeuvrabilité Stockage excellent au mouillage
    • montage rapide et très aisé dans toutes les conditions (mise en oeuvre de l’aile 5 minutes)
    • rendement énergétique comparable au delta mais à plus faible vitesse.
    • faible défense à la turbulence
    • voilure très facilement pliable dans un petit volume

 

Océan

"Mon rapport à l’eau est véritablement charnel".

Né au plus profond de la campagne champenoise, rien ne prédisposait Guy Delage à aimer ainsi les immersions océanes… c’est pourtant l’une d’elles qui va le faire connaître auprès du grand public.

à 18 ans, une traversée de la Manche à la nage, seul et sans assistance
en 1973 Le Conquet - Ouessant à la palme encore seul et sans assistance
des milliers d’heures passées en plongée et en apnée
en 1994, Guy Delage traverse l’Atlantique à la dérive et à la nage
en 1998, il se lance dans une traversée de l’océan indien en dérivant dans un habitacle sous-marin à 7 mètres de profondeur.

lire la suite...